Ma préoccupation tant picturale que sculpturale n'est pas, à l'origine, de sortir des limites du cadre, ni même de m'y enfermer.
Mon objectif réel, à l'instar de Maître Hokusaï, est de « tracer une ligne pour signifier la vie » , et, par la même, la mort et l'éternel recommencement de cet entre-deux interrogatif où nous nous situons. Au-delà de cette idée, et dans le dénouement plastique de cet objectif, se trouve le livre, témoin priviIégié de la pensée, mémoire du monde, qui se situe à l'orée de mon travail.

La composition originelle du livre m'amène à considérer mes toiles peintes marouflées de papier et mes oeuvres sur papier comme les pages d'un livre biographique que j'aurais commencé à écrire à l'aide d'un pinceau et qui se poursuit, ce qui leur confére une liberté qu'un châssis ou un cadre ne peuvent venir annihiler. Mes toiles deviennent ainsi... enfin libres... sans limites, s'apparentant aux feuilles d'un livre. Au-delà de I'utilisation technique du papier inhérente à mon oeuvre picturale ou sculpturale, on retrouve des constantes qui relèvent de la thématique livresque. Ainsi, les éléments graphiques scripturaires, et le symbole tétragrammique que je répète à l'infini. Ainsi, la grille tétragrammique composée de carrés qui structure les toiles peintes ou les sculptures murales, dans laquelle s'inscrivent des motifs scripturaires qui eux aussi relèvent du logogramme et du tétragramme, ces grilles n'étant pas limitées ou closes par une verticale, ce qui nous invite à les imaginer se continuant à I'infini. Cette « mise en abîme  »  nous renvoie à la multiplicité des lignes d'écriture et au livre, que nous retrouvons dans mes livres-objets, exemplaires uniques, qui, pour la plupart, sont de forme sphérique, ce qui nous permet d'embrasser le « livre »  dans l'infinie ligne circulaire de la lettre.

 

Dans la poursuite et la continuité de ce travail, où le « Nom dit » s'inscrit comme une nécessité interrogative et spirituelle, le déroulement du temps a fait place depuis à un regard sur l'espace environnant mon lieu de travail et la voie ferrée qui s'active autour de mon atelier : lieu d'inscription par excellence où le traçage des trains qui passent et marquent ainsi l'empreinte de leur passage, s'inscrivant dans un labeur analogue à mon travail plastique. .

Dans un premier temps les lieux furent inspectés, les « humant » à la recherche d'une histoire commune, la fabriquant si besoin, n'ayant pas d'autre alternative que de me familiariser avec ces lieux, somme toute impressionnants et fascinants, j'ai entrepris de glaner sur cette voie ferrée les objets les plus « significatifs » à mes yeux et d'attendre que ceux-là me « reconnaissent ». Ils ont peu à peu intégré leur « place » dans des sculptures, assemblages, ou collages, etc. Après le « Nom dit », le « Lieu dit » semblait s'imposer sans encombre, puisque mes toiles quadrillées de lettres accusent depuis des cathétomètres et des lignes ferroviaires pour les traverser d'une écriture nouvelle à un travail antérieur à la gare de Noisy le Sec.

Troisième Partie
Processus créatif et plus particulièrement «scripturaire » et par analogie avec l’environnement végétal architectural et littéraire dans : le lieu dit,  «Audière» dans l’Indre en Berry.

Georges Sand écrit merveilleusement dans ce contexte pour énoncer : « Ce pays là est superbe aussi pour les yeux , mais superbe autrement. Ce n’est plus la vallée noire. Plus vous avancez vers le Pin et le cours de la Creuse et de la Gargilesse, plus vous entrez dans la suisse du Berry. La Vallée Noire en est le bocage, comme le Brenne en est la steppe ». « Ces sillons de terres brunes et grasses, ces gros noyers tout ronds, ces petits chemins ombragés, ces buissons en désordre, ce cimetière plein d’herbes, ce petit clocher de tuiles, ce porche de bois brut, ces grands ormeaux délabrés, ces maisonnettes de paysan entourées de leurs jolis enclos, de leurs berceaux de vigne et de leurs vertes chènevières, tout cela devient doux à la vue et cher à la pensée quand on a vécu si longtemps dans ce milieu calme, humble et silencieux »

On est pas exempt de cette sensation et à l’instar de Georges Sand (toute proportion gardée) la composition de ce paysage verdoyant s’est inscrit dans le labeur créatif comme inhérent.

Le verbe ne rompt pas le silence et tente de le décrire et de le dire par tous les bouts avec la matière extraite et produite dans son berceau d’origine. La nécessité «d’écrire », et de fait, mon incapacité d’écrire comme «tout le monde » avec une plume et du papier, noir sur blanc ! s’est fait ressentir, n’ayant toujours pas d’autre choix.

J’écris, en me servant de tous les substituts, je poursuis ce travail d’écriture, nonobstant la contrainte du papier ou le stylo, voir même gardant les deux pour les faire miens, m’en servir comme objets faisant partie intégrale de l’œuvre s’il y a lieu. Dussais-je à l’instar des « dadzibaos » en Chine Maoïste, utiliser tous les subterfuges afin de marquer de mon sceau graphé «une parole », et créer à tout prix, voir même crier « silencieusement » par le verbe et donner les moyens à ce même verbe de s’exprimer en continu, poursuivre en quelque sorte son chemin d’écriture sans se soucier du ravitallement en encre.

Et pour se faire, j’opterai pour ainsi dire toujours dans l ‘esprit des paperolles de Marcel Proust pour des rajouts, car chaque œuvre est me semble-t-il un rajout dans la mesure où celle –ci est encore «une nécessité » inhérente à l’entendement de la précédente, une mise en abîme explicitant cet éternel recommencement gestatif du processus créatif qui excelle par ailleurs dans la nature végétale. Ici nous constatons que l’analogie va de soit : ainsi va mon travail et fonctionne comme le livre, car, si je ne sais écrire  « comme tout le monde », je me «débrouille » et pour se faire j’use de diverses «méthodes », je me substitue le papier, je me le planque, me le cache, le malaxe, le triture, je tisse une trame qui le confond avec de la toile ou de la terre, de la pierre, du métal, de la Mousse des bois divers végétaux etc.

Tout est bon pour faire comme si… Tout devient prétexte, le support se prête au jeu et s’il ne se prête pas, alors je l’y oblige, jouant de mon «ingénuité » créatrice pour un cheminement au sein du matériau donnant à la lecture de l’œuvre une expressivité qui «oblige » à une lecture multiple et de l’œuvre dans son ensemble, et du processus créatif mis en exergue par le visu du matériau , et par l’émoi qu’il suscite et la fusion avec la trace ainsi imprimée et exprimée, afin de combler ce vide de l’écriture «  noir sur blanc ! » traditionnelle et convenue pour accéder à une lecture enfin universelle Ainsi  «naît » le livre, je devrais dire «s’engendre le livre » qui sort purement (pas tant !) et simplement (pas tant !) de mes «entrailles». Ce livre est parfois immuable dans le temps, parfois en gestation constante, lorsqu’il est par exemple né de la terre et pousse et germe dans la terre, planté et évoluant avec le temps et la météo des différentes saisons. Et ainsi, vivre au gré de la terre mère porteuse qui le modifiera à l’aide de son bon vouloir, porté par les pluies des saisons bien prononcées en Berry, nous donnant une lecture éphémère ou mieux une re-lecture. Chaque jour autre et differente, participant de fait au processus créatif (à mon insu) et gestatif de la nature vegetale. Qui suit son cours.

Dans l’Indre, où je suis installée depuis peu, la »rencontre » avec Georges Sand m’a encouragée à développer une curiosité pour les «richesses » de la région Berrichonne. J’ai humé, tâté, caressé manipulé composé, composté aussi, «tissé mon nid » de toute évidence ! J’ai installé ma table de travail extra et intra muros, la nature végétale s’est glissée entre mes papiers et l’écriture sur ses divers supports verdoyant s’est imposée tout «naturellement ». J’ai autrement dit planté mon livre ! (il pousse ça va merci !) La paysannerie et son insatiable richesse en tout point se révèle chaque jour. L’histoire de la pierre et de la terre et ses fascinantes exubérances de simplicité parfois et de baroque à d’autres, laissent entendre à qui veut bien, un texte d’une poésie telle que Georges Sand parmi d’ autres a su nous en transcrire une large part dans un vocable que je suis loin d’égaler ; mais sans complexe aucun j’œuvre et poursuit ce travail ne négligeant rien de ce que chacun possède en lui de richesse re-crative donnant à lire à chaque fois une nouvelle page de son histoire dans un contexte et un environnement nouveau.

Ce voisinage nous introduit progressivement dans l’univers prolixe des pourtours de la Loire, où se dessinent une infinité de formes de couleurs et de senteurs qui deviennent vitales à retranscrire au plus près de son imaginaire et de sa lecture personnelle. Dans cet environnement, et pour que la fusion se fasse, les matériaux  «du coin » sont les plus adaptés.(of course !) Les lignes scripturaires de l’épine blanche qui servaient aux siècles antérieurs de haies ou de «bouchures » afin, entre autres, de tracer les limites des propriétés, s’inscrit dans une large part de mon travail qui lui aussi semble délimité par la blancheur immaculée des fleurs de l’épine blanche ; les épines sont les remparts horizontaux des lignes que traces leurs passions. Ainsi s’inscrit déjà le Berry, je n’ai plus qu’à emprunter ces chemins épineux et m’en servir pour y tracer une route qui mène au lieu dit Audière, où s’inscrit maintenant et depuis peu une halte salvatrice . L’épine faisant office de garde fou, ou de «main de lecture » comme pour les livres saints voir même de guide afin d’aiguiller le «lecteur ». Une fois le livre installé, planté alentour, l’histoire qui s’y déroule conte le quotidien, riche de tous ses changements comme le temps qui laisse sa trace elle-même en perpétuelle mutation, éphémère et aléatoire comme un simple traçage qui laisserait un signe à décrypter selon le lecteur et «évoluant avec le temps ». Cet éternel recommencement du signe tracé et inhérent à l’entendement de la créativité pour faire un état des lieux. Et mieux se connecter avec l’espace ou le lieu et le silence s’inscrit et ainsi la lecture denoue son rouleau. Mieux vaut être attentif si on ne veut pas « en perdre une » d’autant que celle ci risquerai de « tomber » et de germer l’année suivante , ainsi va «  le livre en Berry ».

Sylvia Elharar-Lemberg

 

 

 

Since the beginning, my concern, as much pictoral as sculptural, has been not going outside the limits of the frame but also not locking myself into them.
My intention, following Maître Hokusai, has been "to trace a line to signify life" and so also death and the eternal rebeginning of the questioning place between the two that is where we are. The book is beyond this idea and the plastic working-out of this intention; the book is the witness of the thought and the memory of the world; the book is at the origin of my work.

From primeval composition of the book I came to consider my painted canvasses mounted with paper and my work on paper as pages of a biography that I should have begun writing with a brush and which continued, giving them a freedom that a chassis or a frame cannot come to destroy. My paintings become in this way… finally free… limitless, akin to the pages of a book.

In addition to paper as technique inherent in my painted and sculpted work, other constants also arise from the theme of the book: the graphic scriptural elements, the tetragrammatic symbol that I repeat infinitely, and the tetragrammatic grid of squares that structure the painted canvasses and the wall sculptures, marked with scriptural motifs that also arise from the logogram or the tetragram. These grids, because they are not limited by the vertical, invite us to think that they continue on to infinity. This "structure of endless mirrors" make us think also of the multiplicity of lines of writing and of books, which we find in my book-objects, unique objects, that are mostly spherical, allowing the "book" to be embraced in the infinite and the circular line of the letter.

Sylvia Elharar-Lemberg
July 1994



Continuing and following up on this work, where the "Name" had to be written in the interrogative and the spiritual, the passing of time has made room for a look onto the space surrounding my workplace and the hubbub of the railroad around my studio: archetypal place of inscription, where the traces of the trains that pass and in passing mark the tracks and traces of that passing are inscribed in a proces like that of the work that make my artwork.

First I "inspected" ans "inhaled" theses places searching for a history common to the places and the works, made up if need be. With no alternative but to get to know these places so impressive and fascinating, I undertook along the railroad track the "gleaning" of the objects most significant to me and I waited for them to "recognize" me. They have slowly taken their place in the sculptures, the assemblages, the collages, etc.

After the "Name", the "Place" seems to be the next step: my canvasses in little squares of letters point to the tubes and the railway lines in order to cross over them by a new writing into a labor that came before the station of Noisy le Sec

Sylvia Elharar-Lemberg
March 1996

Meine so wohl malerische als auch bildhauerische Besorgnis besteht ursprünglich nicht darin, aus den Grenzen des Rahmens hinaus zu gehen oder mich ja sogar darin einzusperren.

Meister Hokusai gemäB ist mein wirkliches Ziel, « eine Linie zu führen, um das Leben zu bedeuten » und zwar eben dadurch Tod und ewigen Neuanfang jenes fragenden Dazwischens, in dem wir uns befinden. Jenseits dieser Idee und im plastischen Ausgang dieses Ziels steht ja das Buch als ein privilegierter Zeuge des Denkens und als das Weltgedächtnis an der Schwelle meiner Arbeit.

Aus der ursprünglichen Zusammensetzung des Buchs heraus werde ich dazu gebracht, meine mit Papier aufgezogenen Gemälde und meine Werke auf Papier als die Seiten eines selbstbiographischen Buchs zu betrachten, dessen Niederschreiben ich mit Hilfe eines Pinsels begonnen hätte und das sich alleine fortsetzt, wodurch diesen Seiten eine Freiheit verliehen wird, die weder durch ein Gestell noch einen Rahmen zu vernichten ist. Meine Gemälde werden so … endlich frei, … grenzenlos und dabei mit den Blättern eines Buchs verwandt.

Über den technischen Papiergebrauch hinaus, der meinem Werk als Malerin oder Bildhauerin inne wohnt, kommen Konstanten vor, die sich aus der Buchthematik ergeben wie etwa graphische Schriftelemente und tetragrammisches Symbol, das ich endlos wiederhole, oder das Tetragrammgitter, das aus Quadraten besteht und bemalte Gemälde oder Wandskulpturen strukturiert, in welche Schriftmotive hinein geschrieben werden, die auch auf Logogramm und Tetragramm zurück zu führen sind. Dabei werden diese Gitter nicht durch eine Vertikale begrenzt oder geschlossen, woduch wir dazu aufgefordert werden, sie uns als ein Sichewigfortsetzen vorzustellen. Durch diese « unermessliche Widerspiegelung » werden wir auf die Vielfalt von Schriftlinien und Buch verwiesen, die wir in meinen  Objekt-Büchern wieder finden, d.h. in Unikaten, die meistens eine Sphärenform aufweisen, wodurch wir das « Buch » in der endlosen Kreisliniedes Buchstabens umfassen können.

Juli 1994

Sylvia Elharar-Lemberg 

 

In Fortsetzung und Kontinuität dieser Arbeit, in die der « besagte unbesagte Name » als eine fragende Geistesnotwendigkeit hinein geschrieben wird, wurde seitdem der Zeitverlauf durch ein Umblicken auf den Raum um meinen Arbeitsort ersetzt so wie aufs Gleis, das sich um mein Atelier betätigt : d.h. auf einen Ort des Hineinschreibens überhaupt, wo sich die Trassierung der vorbei fahrenden Züge, die so die Spur ihres Vorbeifahrens hinein prägen, in eine mühsame Arbeit hinein schreibt, die meiner plastischen Arbeit gleicht.

Zunächst wurde der Ort inspiziert, ich « atmete » ihn « ein » und zwar auf der Suche nach einer gemeinsamen Geschichte, ich erarbeitete sie notfalls, da ich keine andere Alternative als die hatte, mit diesem Ort vertraut zu werden, der alles in allem beeindruckend und faszinierend war. Ich nahm mir also vor, auf diesem Gleis die in meinen Augen bedeutungsvollsten Objekte aufzulesen und bis dahin zu warten, dass mich letztere « erkennen ».

Allmählich rückten sie zu ihrem « Platz » in Skulpturen, Zusammensetzungen, Collagen usw.

Nach dem « besagten unbesagten Namen » setzte sich der « besagte Ort » anscheinend ungehemmt durch, da meine mit Buchstaben karierten Gemälde durch Kathetometer und Gleiser ein neues Schreiben aufweisen, das sie durchquert, und zwar in einer Arbeit, die schon vor dem Bahnhof Noisy-le-Sec einsetzte.

 

März 1996

Sylvia Elharar-Lemberg

Traduction de Jacques Loisy

    Sylvia Elhahar-Lemberg (2016)